Iran [5/5] De Téhéran à Tabriz

0

Publié par Froggy | Classé dans Moyen-Orient | Publié le 15-05-2016

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

DSC03628 [600x450 (tdm_blog)]Nous sommes le 26 novembre 2014 et c’est une petite page de mon voyage en Iran qui se tourne lorsque je débarque à Téhéran.

J’ai maintenant quitté les régions désertiques du pays : finis les paysages arides, sableux ou rocheux, froids et secs, finis les villes de terre, de brique et d’argile, comme à Yazd ou à Kashan. Terminée aussi cette agréable sensation de flottement géographique, traversant des contrées si lointaines et si singulières que l’on a bien du mal à les situer sur une carte ou à les apparenter au reste du monde.

Me voilà maintenant dans le nord de l’Iran, pas très loin de la mer Caspienne à vol d’oiseau. Une région de plus en plus humide à mesure que l’on se rapproche de cette mer intérieure que seule une étroite chaîne de montagnes sépare de la capitale iranienne.

Lire le reste »

Iran [4/5] Isfahan et Kashan

2

Publié par Froggy | Classé dans Moyen-Orient | Publié le 14-04-2016

Mots-clefs :, , , , , , ,

vignette_art4 [600x450 (tdm_blog)]1/ Isfahan

Après deux jours passés à Yazd avec mon nouveau compagnon de voyage, Moonzur, nous voilà maintenant à Isfahan : ancienne capitale de l’empire perse, considérée aujourd’hui comme l’un des joyaux de l’Iran et du Moyen-orient.

Isfahan (ou Ispahan, ou encore Esfahan, c’est selon) est l’une des plus grandes villes d’Iran avec plus de 2 millions d’habitants, c’est aussi l’un des centres touristiques majeurs du pays grâce à son riche patrimoine culturel et architectural.

En arrivant en ville Moonzur me laisse, comme convenu, pour aller retrouver sa famille vivant à Isfahan. Car mon cher camarade à la casquette gavroche, derrière son look de “titi parisien”, révèle en fait un arbre généalogique particulièrement intéressant : né d’une maman iranienne ayant fui la révolution islamique de 1979 et d’un papa bangladeshi ayant échappé à la sanglante guerre d’indépendance dans les années 70, il grandira en France à la fois loin de ces conflits sinistres mais également loin de ses racines familiales. Il n’avait jamais mis les pieds en Iran avant ce premier voyage et découvre donc ce “nouveau” pays comme un voyageur ordinaire, sur fond subtil et inconscient de retour aux sources. Ce soir c’est donc chez son oncle et sa tante d’Iran qu’il logera.

Quant à moi je dois d’abord dénicher un bus pour le centre-ville puis il me faudra partir à la recherche d’un hôtel où poser mes affaires… Un bref passage au “cafenet” (au cyber-café!) me permettra d’obtenir l’adresse de ce qui semble être l’une des auberges les plus abordables de la ville : “Amir Kabir Hostel”, situé sur la rue Chahar Bagh Abbasi à seulement 500 mètres de la grande place de l’Imam Khomeiny. Je réserverai un lit en dortoir pour 300000 Rial (environ 8€ la nuit) tandis que les chambres privées sont à peine plus chères : 350000 Rial.

Lire le reste »

Iran [3/5] Yazd, ville du désert

0

Publié par Froggy | Classé dans Moyen-Orient | Publié le 13-04-2016

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

Arrivée à Yazd – Une nuit dans la gare routière

DSC03497 [600x450 (tdm_blog)]

C’est à la tombée de la nuit que j’atteins la ville de Yazd, après un voyage en bus de plus de 400 km depuis la région de Shiraz que j’avais quitté en début d’après-midi. (Voir l’article précédent :
« Iran [2/5] Shiraz et Persépolis »)

Je tente une sortie de la gare pour explorer les environs mais suis immédiatement surpris par le froid qui me cloue sur place ! Je ne sais pas si la température est positive ou négative là dehors mais elle est insuportable pour mon organisme qui vient de passer plusieurs années dans des régions tropicales/équatoriales où je portais rarement autre chose qu’un t-shirt… Je rentre aussitôt à l’intérieur, frigorifié. Décidemment plus mon périple m’entraine vers le nord de l’Iran et plus la température chute !

Si quelques jours plus tôt j’aurais encore imaginé possible de passer une nuit à la belle étoile (à Bandar-Lengeh ou à Jahrom par exemple), je ne m’en sens maintenant plus capable. Même avec mon sac de couchage je ne m’y tenterai pas.

Lire le reste »

Iran [2/5] Shiraz et Persépolis : « A la découverte de la perse antique »

2

Publié par Froggy | Classé dans Moyen-Orient | Publié le 05-04-2016

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

DSC03417 [600x450_portrait (tdm_blog)]Arrivée à Shiraz

Je débarque à Shiraz en une glaciale fin d’après-midi de Novembre mais sous un ciel toujours aussi clair et ensoleillé, après avoir passé ces 2 derniers jours dans le sud de l’Iran où j’ai fait connaissance avec l’étonnante hospitalité iranienne.
(Voir l’article précédent  : « Iran [1/5] De Bandar-Lengeh à Jahrom » )

Un profond sentiment de solitude me surprend à nouveau en arrivant à la gare de Shiraz. Je me sens totalement désemparé dans ce pays où je n’arrive plus à lire les écritures (le perse, qui ressemble à l’écriture arabe), où tout est si différent de ce que j’ai connu auparavant, où je n’arrive plus à trouver ce que je cherche : je ne sais plus à quoi ressemble un hôtel, un restaurant, une pharmacie, une épicerie, un cyber-café… De l’exterieur, masqués derrière des facades vitrées couvertes d’affiches ou d’écritures indéchiffrables, tout se ressemble et se confond.

La barrière de la langue est un problème supplémentaire, loin d’être insurmontable, certes, mais il faut tout de même fournir quelques efforts avant d’obtenir une réponse en anglais ou une indication quelconque un tant soit peu précise.

Ce soir, je ne sais pas encore où je vais dormir et je n’exclu pas l’idée de passer la nuit dans la gare routière ou quelque part dans les alentours. Heureusement, j’ai aussi un contact (Couchsurfing) à Shiraz : il s’appelle Hossein et nous avons déjà échangé quelques e-mails la semaine dernière. Malheureusement, je n’ai ici aucune connexion internet et je n’ai pas encore de carte SIM, aucun moyen de le contacter. Ma première mission de la soirée sera donc de trouver une boutique de téléphonie mobile et d’acheter une carte SIM !

Lire le reste »

Iran [1/5] De Bandar-Lengeh à Jahrom : « Auto-stop et hospitalité en Iran »

2

Publié par Froggy | Classé dans Moyen-Orient | Publié le 30-03-2016

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Premiers pas en Iran: Bandar-Lengeh

DSC03352 [600x450_portrait (tdm_blog)]Nous sommes le 16 Novembre 2014 et je débarque en Iran après une traversée en ferry depuis l’émirat de Dubaï situé de l’autre côté du détroit d’Ormuz, un voyage qui aura duré un peu plus de 5 heures.
(Voir l’article précédent : “Une escale de 2 jours à Dubaï aux Emirats Arabes Unis
)

La compagnie maritime qui opère le ferry est basée en Iran, l’équipage est donc lui aussi iranien. Mon premier contact avec un citoyen Iranien sera le capitaine du bateau en personne, un homme d’une quarantaine d’année au visage sévère, esquissant un sourire et quelques mots d’anglais pour m’aborder. Il commence par me demander d’où je viens, puis se rappelle avoir vu un jour sur le bateau un autre passager européen voyageant à vélo, il est surpris que je ne transporte avec moi ni vélo, ni moto, mais seulement un sac-à-dos. Il me parle alors de son métier de capitaine avant d’enchainer rapidement sur un autre sujet qui lui tient beaucoup plus à coeur : le sexe et les films porno ! Il m’explique dans un mélange d’anglais laborieux et de persan (la langue nationnale) qu’il est très difficile de se procurer ce genre de films en Iran à cause de la censure internet, et de la censure en générale sur tout ce qui concerne le sexe. Avant même que je n’ai le temps de lui répondre quoi que ce soit il me sort de sa poche une clé USB et me demande de le ré-approvisioner en films, tout sourire, l’air béat, jetant quand même un oeil autour de lui  pour assurer sa discrétion. Le ton est donné, me voilà en Iran !

Lorsque je débarque sur le sol iranien, dans le modeste port de Bandar-Lengeh, mes premières impressions sont la relative fraicheur qui contraste vivement avec la chaleur infernale qui régnait à Dubaï, et puis surtout cette atmosphère de bout du monde, d’isolement, de solitude et de calme absolu. Je me sens tout petit, un peu perdu, déconcerté, tout semble différent ici. Je ne suis même plus capable de lire les écritures. Un nouveau monde s’ouvre à moi et mes anciens répères s’évaporent, c’est un peu comme si une nouvelle vie démarrait ici, il va falloir tout réapprendre.

Lire le reste »

Fin d’une aventure de 2 mois en Papouasie-Nouvelle-Guinée

4

Publié par Froggy | Classé dans Invitation au voyage, Océanie | Publié le 07-09-2015

Mots-clefs :, , , , , , ,

Résumé de mon voyage en Papouasie-Nouvelle-Guinée


(Septembre-Octobre 2013)

Deux mois se sont écoulés depuis mon arrivée en Papouasie-Nouvelle-Guinée ! Deux mois d’aventures que je ne pourrai jamais oublier !

.P1170197

.

P1170252Après avoir attéri sur l’ile de Daru à bord d’un petit aéronef transportant des crustacés depuis l’Australie, j’ai dû me débrouiller par mes propres moyens pour quitter cette région parmi les plus reculées de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

C’est seulement après 2 semaines de recherches et d’attente que j’ai pu m’évader à bord d’un bateau-cargo transportant du bois, accompagné d’une équipe de travailleurs papous et d’un équipage nord-coréen ! P1170283

J’ai ensuite continué ma progression vers le nord en remontant la rivière Bamu, cette fois à bord d’un remorqueur, jusqu’au camp d’exploitation forestière de Kamusi situé au milieu de la jungle et à des centaines de kilomètres de la civilisation.

J’y ai été accueilli chaleureusement par des travailleurs philippins expatriés mais j’ai surtout fait quelques rencontres décisives pour la suite de mon périple avec des Papous originaires de la région des Highlands.

. Lire le reste »

Sur la route de Wewak [3/3]

9

Publié par Froggy | Classé dans Océanie | Publié le 30-07-2015

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , ,

Troisième partie : De Bogia à Wewak

.
Cet article fait directement suite à l’article précédent : « De Madang à Bogia »

.

Quitter Bogia

.

Village de Bogia, au bout de la route. En attente d’une barque pour progresser vers l’ouest…

A quelques dizaines de mètres seulement de la grande Maison Commune où j’ai passé la nuit infestée de moustiques, sont stationnés sur la berge 5 ou 6 jolies barques à moteur, actuellement dépourvues de leur moteur… Si je comprend bien les quelques informations obtenues au compte goute auprès des Papous, et en synthétisant les différentes versions, il semble que nous soyons en train d’attendre : soit un moteur pour pouvoir partir, soit une autre barque arrivant de l’exterieur, mais pas seulement ! Nous attendons aussi et surtout le propriétaire de l’une de ces barques et accessoirement quelques jerrycans de fuel importés de je ne sais où afin d’alimenter la machine.

Dans l’après-midi, après déjà une grosse demi-journée d’attente, j’entends et je comprend de loin qu’une première barque est enfin équipée de son moteur et qu’elle est déjà en cours de chargement, prête à prendre la mer. A la fois impatient de quitter ce village fantôme et légèrement stressé à l’idée de rater mon bateau et d’avoir à passer une nuit de plus au milieu des moustiques et sans nourriture, j’attrape aussitôt mon sac-à-dos et me précipite vers la barque sans me poser de questions !

Lire le reste »

Sur la route de Wewak [2/3]

8

Publié par Froggy | Classé dans Océanie | Publié le 20-07-2015

Mots-clefs :, , , , , , ,

Deuxième partie : De Madang à Bogia

.
Cet article fait directement suite à l’article précédent : « De Mount Hagen à Madang »

.

Quitter Madang

.

Ma mission consiste maintenant à trouver un moyen de quitter Madang vers l’Ouest, en longeant la côte soit par les terres soit par la mer, afin de rejoindre la petite ville de Wewak où j’ai prévu de rendre visite à la famille Seegar, des amis papous rencontrés 2 ans plus tôt.

Je sais que l’état des routes dans cette partie du pays est extrêmement mauvais, mais s’il n’y avait que ce problème alors il n’y aurait pas de problème ! Non, le vrai problème, c’est que la route n’est pas continue entre Madang et Wewak, il existe encore de vastes zones dans lesquelles la route, ou la piste, n’existe tout simplement pas.

C’est pourquoi des compagnies de transport maritime se sont implantées au coeur de ces villes cotières et transportent des passagers et des marchandises à bord de petits ferrys, un voyage qui dure 15 à 20 heures environ. Ayant déjà fait le trajet en sens inverse deux ans plus tôt avec Adrien, à bord de l’un de ces ferrys, c’est évidemment la première solution à laquelle j’avais pensé pour quitter Madang.

Je me rend alors au bureau de l’une de ces compagnies de transport pour en savoir plus sur les horaires et les tarifs. Trouver le bureau en question est déjà une mission à part entière, même en compagnie de Desmond, mon hôte papou qui connait pourtant bien la ville et qui m’accompagne aujourd’hui dans mes déplacements. Nous découvrons alors un bureau fermé qui ne semble plus être en activité depuis un certains temps, si l’on se fie aux horaires affichés qui commencent à dater… Desmond se met à questionner les boutiques voisines et nous apprenons alors que la compagnie a récemment été obligée de mettre la clé sous la porte pour des raisons de sécurité !

Lire le reste »

Sur la route de Wewak [1/3]

6

Publié par Froggy | Classé dans Océanie | Publié le 21-06-2015

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Première partie : De Mount Hagen à Madang

.

Suite de l’article précédent : « Retour dans les Highlands avec Simon »

Après avoir passé plus de 5 semaines à parcourir le quart Sud-Ouest-et-Centre de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, j’entreprends maintenant de rejoindre le littoral Nord du pays, et notamment les provinces du Sépik (West Sepik et East Sepik).

D’abord, la seule et unique route qui me permettra d’atteindre la frontière indonésienne à l’Ouest se trouve justement le long de ce littoral, je devrai donc obligatoirement y passer. Et puis, ayant déjà traversé ces régions deux ans plus tôt avec Adrien, je me souviens à quel point nous avions été enchantés par l’atmosphère de vie et l’hospitalité locale, nous nous étions alors fait quelques amis dans les différents villages traversés : Vanimo, Aitape, et Wewak.

C’est pourquoi je me dois d’aller rendre visite, entre autres, à la famille Seegar de Wewak qui nous avait chaleureusement accueilli pendant quelques jours à l’époque. Je savais déjà à ce moment que j’allais revenir en PNG après un petit séjour en Australie. Seulement, je ne pensais pas que ce petit séjour allait durer deux années entières !

N’ayant eu qu’un échange limité et indirect (via une tierse personne) avec la famille Seegar pendant ces 2 ans, je n’avais même pas eu la possiblité de leur annoncer mon retour en PNG, ca sera donc une surprise pour tout le monde !
.

map_PNG_large_2 [1024x768]
Mon parcours en surface depuis Mount Hagen au coeur des montagnes jusqu’à Wewak sur la côte nord. Avec une étape à mi-chemin dans la ville cotière de Madang. (Cliquez sur la carte pour l’agrandir)

Lire le reste »

Julien en Papouasie-Nouvelle-Guinée : Retour dans les Highlands avec Simon

24

Publié par Froggy | Classé dans Océanie | Publié le 07-06-2015

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

P1170671 [600x450 (tdm_blog)]

.

A propos du blog : Un an sans articles !

.
Juin 2015.
Voilà presque un an que je n’ai plus écrit d’articles, et un peu plus de 5 mois que je suis rentré en France. Cinq mois déjà ! Je n’en reviens pas comme le temps passe vite ici, en France, dans ma nouvelle vie sédentaire.

Je reprends donc avec beaucoup de difficulté l’écriture de ce blog, l’esprit confu, toujours un peu dans le voyage, mais un peu sorti aussi, il faut bien le dire. Me voilà relancé dans une dernière ligne droite pour tenter de retranscrire par les mots mes aventures de ces 12 derniers mois entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la France, à travers l’Asie du Sud-Est, le sous-continent indien, le Moyen-orient, et l’Europe.

Même si la motivation n’est plus aussi présente qu’avant, même si chaque jour qui passe m’éloigne maintenant un peu plus de ce grand voyage, je tiens absolument à terminer l’écriture des articles (et il en reste quand même un paquet!) pour finaliser ce que j’avais commencé il y a 5 ans avec Adrien, le carnet de route des Aventures de Froggy.

Je ne sais pas exactement combien de lecteurs nous suivaient régulièrement il y a encore un an. Une petite centaine peut-être ? Ou au moins quelques grosses dizaines ? Le compteur du blog nous indiquait environ 200 visites par jour je crois, mais il faut toujours prendre ces chiffres avec des pincettes. Bref, je ne sais combien d’entre vous seront toujours là aujourd’hui sur ce blog, pour partager et vivre avec moi la suite des aventures, comme vous le faisiez si bien avant à travers vos commentaires, vos messages, vos e-mails.

Mais même si je devais être seul à présent à consulter ce blog, je me devrais de terminer correctement le travail d’écriture commencé il y a 5 ans, pour moi-même, pour l’honneur, pour ma famille, pour Froggy.

Je reprends donc l’histoire exactement là où je l’avais laissée au dernier article : en Papouasie-Nouvelle-Guinée, quelque part dans une vallée reculée de la région des Highlands.

Lire le reste »