Iran [1/5] De Bandar-Lengeh à Jahrom : « Auto-stop et hospitalité en Iran »

2

Publié par Froggy | Classé dans Moyen-Orient | Publié le 30-03-2016

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Premiers pas en Iran: Bandar-Lengeh

DSC03352 [600x450_portrait (tdm_blog)]Nous sommes le 16 Novembre 2014 et je débarque en Iran après une traversée en ferry depuis l’émirat de Dubaï situé de l’autre côté du détroit d’Ormuz, un voyage qui aura duré un peu plus de 5 heures.
(Voir l’article précédent : “Une escale de 2 jours à Dubaï aux Emirats Arabes Unis
)

La compagnie maritime qui opère le ferry est basée en Iran, l’équipage est donc lui aussi iranien. Mon premier contact avec un citoyen Iranien sera le capitaine du bateau en personne, un homme d’une quarantaine d’année au visage sévère, esquissant un sourire et quelques mots d’anglais pour m’aborder. Il commence par me demander d’où je viens, puis se rappelle avoir vu un jour sur le bateau un autre passager européen voyageant à vélo, il est surpris que je ne transporte avec moi ni vélo, ni moto, mais seulement un sac-à-dos. Il me parle alors de son métier de capitaine avant d’enchainer rapidement sur un autre sujet qui lui tient beaucoup plus à coeur : le sexe et les films porno ! Il m’explique dans un mélange d’anglais laborieux et de persan (la langue nationnale) qu’il est très difficile de se procurer ce genre de films en Iran à cause de la censure internet, et de la censure en générale sur tout ce qui concerne le sexe. Avant même que je n’ai le temps de lui répondre quoi que ce soit il me sort de sa poche une clé USB et me demande de le ré-approvisioner en films, tout sourire, l’air béat, jetant quand même un oeil autour de lui  pour assurer sa discrétion. Le ton est donné, me voilà en Iran !

Lorsque je débarque sur le sol iranien, dans le modeste port de Bandar-Lengeh, mes premières impressions sont la relative fraicheur qui contraste vivement avec la chaleur infernale qui régnait à Dubaï, et puis surtout cette atmosphère de bout du monde, d’isolement, de solitude et de calme absolu. Je me sens tout petit, un peu perdu, déconcerté, tout semble différent ici. Je ne suis même plus capable de lire les écritures. Un nouveau monde s’ouvre à moi et mes anciens répères s’évaporent, c’est un peu comme si une nouvelle vie démarrait ici, il va falloir tout réapprendre.

Lire le reste »