Quelques dernieres photos du Senegal – ile de Gore et Lac Rose

1

Publié par Froggy | Classé dans Afrique, Article-photos | Publié le 09-08-2014

Mots-clefs :, , , , ,

Je suis actuellement en Andalousie dans une communaute hyppies avec des Italiens. Apres pres d’un an en Afrique, j essaie de vivre de nouveau dans le monde occidental, apprendre a utiliser un ipad pour naviguer sur internet, reprendre le freeganisme pour manger des fruits, dormir dans les aires de jeux pour enfants, jouer de la musique dans la rue pour des gens toujours presses et tristes. Revivre en Europe est une nouvelle aventure. En attendant, je vous envoie quelques dernieres photos du Senegal et la semaine prochaine, je vous parlerai de mon voyage dans le desert, toujours en autostop, en Mauritanie, un pays delaisse par les voyageurs mais qui merite le detour…

Lire le reste »

Sept jours dans la jungle en Papouasie-Nouvelle-Guinée [5/5] – A marche forcée

7

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 04-07-2014

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

A marche forcée

.
Troisième partie : « Cette route tant attendue »

.
Cet article fait directement suite à
l’article précédent : « Calvaire stomacal »
.

P1170631Village de Fogomayo – Jour 4 : Un peu de repos

.
Fogomayo est un village de taille moyenne avec son école, son église, son petit hôpital de campagne, quelques boutiques minuscules et même sa piste de gazon pouvant accueillir avions et hélicoptères. Par contre, Fogomayo n’est pas connecté au reste du pays par voie terrestre, il n’y a ici aucune route pour sortir du village, mais seulement quelques sentiers forestiers qui partent dans toutes les directions, comme celui que nous empruntons depuis 4 jours et que nous continuerons de suivre vers le nord après d’abord une journée de repos.

Même si Fogomayo n’est qu’un hameau perdu dans la jungle, il n’est pas étonnant d’y trouver une piste d’atterrissage car la plupart des villages en PNG en sont dotés, et cela reste souvent le seul et unique moyen de transport, comme c’est le cas ici. De plus, à Fogomayo le tourisme a commencé à s’y développer, même si le nombre de visiteurs par an doit se compter sur les doigts d’une main. En effet certains amateurs, ornithologues ou simples touristes passionnés, y viennent parfois en avion depuis Mount Hagen pour observer les oiseaux dans leur milieu naturel, ainsi que pour découvrir la culture locale.

C’est pourquoi je me sentirai un peu plus à l’aise dans ce village où de nombreuses personnes parlent anglais, où les gens sont « habitués » à voir des Blancs (du moins, ils en ont déjà vus) et où je ne serai plus perçu comme un extra-terrestre. Malgré tout, l’accueil des locaux est toujours à la hauteur de sa réputation, incroyablement chaleureux. Et leur curiosité, leur soif de discussion, leur capacité à sourire avec le cœur, jamais épuisées.

Lire le reste »

Sept jours dans la jungle en Papouasie-Nouvelle-Guinée [4/5] – A marche forcée

7

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 04-07-2014

Mots-clefs :, , , , , ,

A marche forcée

.
Deuxième partie : « Calvaire stomacal »

.

Cet article fait directement suite à l’article précédent : « Retour aux sources »
.

P1170598A marche forcée – Jour 2 : « Objectif Bush-House »

.
La nuit fut courte et le sommeil superficiel. Le réveil est encore plus froid que ne l’a été l’ensemble de la nuit. Et c’est au moment où la fatigue avait fini par me tomber dessus, c’est à dire une heure environ avant le levé du soleil, que les gars s’activent et se mettent à préparer le « petit-déjeuner ». Premier repas de la journée sans grande surprise : sagou cuit en tube de bambou, accompagné d’un peu d’eau fraiche piochée directement dans la rivière.

Nous nous levons très tôt car cette nouvelle journée de marche va être longue, encore plus longue qu’hier… Mon corps froid et endolori n’a pas tellement de mal a sortir d’un sommeil qui ne fut que partiel et le feu de bois m’aide aussi à émerger, m’attirant de sa lumière chaude et de sa chaleur lumineuse vers un réveil presque agréable, les mains pendues au dessus des flammes.

Je quitte la grotte avec un léger pincement au cœur, cette crevasse naturelle qui m’a accueilli pour une nuit dans son petit foyer confortable et qui ne semble exister que dans ce but, celui d’héberger les voyageurs de passage exactement à l’endroit où ils en ont besoin. Cette jolie grotte qui fût mon refuge pour une nuit, moi le voyageur sans-abris, je ne peux qu’admirer ce que la nature m’a offert dans cet endroit improbable : un oasis de pierre dans un désert de racines et de boue. Je lui suis redevable, à cette nature généreuse et astucieuse. Je la remercie humblement, avant de me réjouir du fait que je ne remettrai jamais les pieds ici.
.

P1170596.
Lire le reste »

Sept jours dans la jungle en Papouasie-Nouvelle-Guinée [3/5] – A marche forcée

12

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 22-06-2014

Mots-clefs :, , , , , ,

A marche forcée

.
Première partie : « Retour aux sources »

.

P1170577Introduction

.
Deux jours et trois nuits se sont écoulés depuis que nous sommes arrivés à Watubu. La pluie torrentielle nous a bloqué au village alors que nous aurions du normalement n’y passer qu’une seule nuit. Voir l’article précédent.

Nous voilà maintenant prêt à reprendre cette longue marche vers le nord pour laquelle nous allons attaquer la partie la plus difficile. Notre objectif est à présent de rejoindre le village de Fogomayo situé à 3 jours de marche. Enfin, une fois arrivés à Fogomayo il ne nous restera plus qu’une grosse journée de marche pour arriver à Waro et sortir une fois pour toutes de cette jungle.

Entre Watubu et Fogomayo, il n’y a pas de village, pas de ville, pas route, rien. Rien à part un petit camp de récolte de sagou dont nous ne savons pas encore s’il est occupé à cette période de l’année.

En théorie, et si nous marchons assez vite, nous devrions passer notre première nuit dans ce que les gars appellent la « Cave House » c’est à dire dans une sorte de grotte dans la paroi rocheuse. Puis, si nous suivons encore la cadence le jour suivant nous passerons notre deuxième nuit dans le camp de sagou, avant d’arriver le lendemain à Fogomayo. Par contre, si nous trainons un peu ou qu’il nous arrive quelque chose en chemin, nous devrons tout simplement dormir dehors au milieu de la jungle. Sachant que nous sommes en zone tropicale et qu’il peut pleuvoir fort et à tout moment, et qu’en plus nous n’aurons pas de ravitaillement de nourriture en chemin… nous ne pouvons pas nous permettre de trainer !

. Lire le reste »

Sept jours dans la jungle en Papouasie-Nouvelle-Guinée [2/5] – Peuple primitif

7

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie, Reflexion sur le voyage | Publié le 22-06-2014

Mots-clefs :, , , , , , , ,

white-tailed-bird-paradiseSuite de l’aventure : Récapitulatif

.

Nous sommes arrivés en 4×4, avec mon camarade Simon, au village de Musula situé au bout de la piste forestière. C’est ici que commence la randonnée à proprement parler.

Nous devrons marcher plusieurs jours pour sortir de cette forêt et rejoindre la route qui se trouve de l’autre côté, dans la région des Highlands.

Pour pouvoir traverser cette jungle en toute sécurité Simon a demandé l’aide de 2 jeunes du village qui nous escorterons jusqu’à notre prochaine étape, Watubu.

Cliquez ici si vous souhaitez (re)lire l’article précédent
.

En piste pour Watubu

.
C’est en début d’après-midi que nous démarrons le trek sur un mince sentier forestier bordé de très hauts arbres. Notre équipe est à présent composée de 4 personnes : Tyson et Benett qui viennent de nous rejoindre, mon camarade Simon et moi-même.

Les gars marchent devant et s’occupent d’ouvrir le chemin à la machette lorsque celui ci devient trop étroit ou disparait complétement dans la végétation. De plus, pour ma propre « sécurité » ils me demandent de toujours rester derrière eux. Les serpents et les cochons sauvages étant leurs principales craintes. Mais pour moi il s’agit surtout de ne pas me perdre dans cette forêt dense et peu hospitalière, dans laquelle tous les arbres se ressemblent et où il est très facile de quitter le ’sentier’ sans s’en apercevoir. Je dois donc suivre le rythme qu’on m’impose et je m’aperçois très vite qu’il n’est pas question de trainer.

Lire le reste »

Sept jours dans la jungle en Papouasie-Nouvelle-Guinée [1/5] – Bain de boue !

6

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 22-06-2014

Mots-clefs :, , , , , , , ,

P1170476Introduction

.

Récapitulatif : Je me trouve dans le sud-ouest de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans le petit camp forestier de Kamusi que je cherche à quitter vers le nord pour rejoindre la région des Highlands, les hautes montagnes au centre du pays. Voir l’article précédent

Voici la première partie de cette aventure terrestre à travers la jungle, accompagné de mon camarade Simon qui s’est porté volontaire pour m’accompagner jusqu’au bout, jusqu’à ce que nous atteignions, à pied, la route située de l’autre coté de la forêt. Puis nous continuerons ensemble vers la ville de Mount Hagen, notre destination finale, où sa famille pourra nous accueillir pendant quelques temps après cette fatigante expédition.
.
Lire le reste »

Fête nationale et danses traditionnelles en Papouasie-Nouvelle-Guinée

5

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Article-vidéo, Océanie | Publié le 06-06-2014

Mots-clefs :, , , , , , , ,

P1170413Kamusi – Western Province

.

Nous sommes le 15 Septembre 2013 et je pose enfin le pied à terre après plusieurs jours de bateau-stop depuis mon départ de Daru. Voir l’article précédent

Kamusi est un important camp d’exploitation forestière au coeur de la jungle, quelque part à la frontière entre la Province Western et la Province du Gulf, dans le sud-ouest de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Au milieu de la jungle épaisse et humide, de nombreuses zones défrichées, des étendues de boue, des débris de bois et d’écorce, des hangars, des camions, des grues et machineries diverses, ici les hommes abattent tous les jours des arbres majestueux bien plus âgés qu’eux, qui seront transportés par barge vers la côte et irons rejoindre les grands ports asiatiques sur des cargos chinois.

Aucune route ne sort de ce camp, seules quelques pistes de boue permettent de rejoindre les petits camps forestiers secondaires de la région, les campements de travailleurs, et les quais de chargement/déchargement sur les affluents de la rivière Bamu.

Nous sommes le 15 septembre 2013 et j’arrive enfin à Kamusi, un jour seulement avant la fête nationale papoue, la célébration d’indépendance du 16 Septembre. Pour rappel, La Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) appartenait autrefois à l’Australie, jusqu’en 1975 où le pays a obtenu son indépendance dans le calme et la diplomatie. La PNG est toujours aujourd’hui un état du Commonwealth, tout comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, avec à leur tête la -très symbolique- reine d’Angleterre.

Lire le reste »

Du bateau-stop en Papouasie-Nouvelle-Guinée [1/3] : Enquête chez les Papous

5

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 17-02-2014

Mots-clefs :, , , , , ,

Petit guide pratique pour quitter Daru en surface (sans prendre l’avion)

.

Introduction

.
Le 30 aout 2013, j’arriverai en Papouasie-Nouvelle-Guinée sur l’ile de Daru, située dans la région qu’on appelle « Western Province » l’une des régions les plus isolés du pays. Immense zone plate couverte de mangroves, de marécages et de foret tropicale. Cette province, la plus grande du pays, est presque totalement dépourvue de routes, et les seules pistes existantes appartiennent aux compagnies de déforestation, d’exploitation de gaz ou d’exploitation minière, et sont pratiquées quasi-exclusivement par leurs propres véhicules.

Les transports en commun n’existent pas. Les locaux ne voyagent pas beaucoup, quand ils doivent se déplacer pour faire du commerce ou visiter de la famille ils n’ont que très peu de possibilités : déplacement en canot (fluvial ou costal) pour ceux qui en possèdent, à pied à travers la jungle pour des voyages ne dépassant pas quelques jours, ou en avion qui est encore le moyen de transport le plus fiable et le plus répandu dans le pays. En effet chaque ville mais aussi de nombreux villages possèdent leur aérodrome ou leur micro-piste d’atterrissage en bitume, en herbe ou en terre battue.

Mon objectif étant de traverser tout le pays en surface (sans prendre l’avion), le simple fait de « voyager » ou « d’avancer » constitue un vrai challenge et demande beaucoup d’efforts, beaucoup de temps et beaucoup de patience.

.

Map_Png_Explications1
Après avoir traversé le détroit de Torrès depuis l’Australie, je suis à Daru dans le sud de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Je dois maintenant trouver une solution pour quitter Daru et voyager jusqu’au centre du pays, l’enquête commence… (Cliquez sur la carte pour l’agrandir)

Lire le reste »

Australie/Julien [2/2] – En route vers la Papouasie-Nouvelle-Guinée en stop !

10

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 01-01-2014

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

–> Deuxième partie : Cairns-Weipa-Bamaga, la péninsule du Cap York en autostop

.
Cliquez ici pour (re)lire la première partie de l’article : « Darwin-Cairns, 3000 km les doigts dans le nez ! »
.

P1170153Introduction
.

Cairns, 12 Aout 2013. Mon visa australien expire dans 18 jours et j’attaque maintenant la deuxième partie de ce périple en stop vers la Papouasie. Je dois rejoindre Bamaga à la pointe nord de la péninsule du Cap York, dans une région de l’Australie encore peu explorée où les routes sont des pistes en terre et les seuls véhicules à y circuler sont des 4×4.

Il y a longtemps que je prépare cette expédition vers le Cap York et longtemps que cela tourne dans ma tête : « Est-il possible de remonter en stop les 1000 km de piste qui mènent à Bamaga ? Si oui, combien de temps me faudra-t-il ? ». Malgré une préparation de longue date, une étude minutieuse de toutes les cartes routières que j’ai eu entre les mains, des recherches approfondies sur internet, et des dizaines d’Australiens interrogés sur la faisabilité du périple, j’en reviens toujours au même point : il va me falloir tout découvrir par moi-même ! Il semble que personne ne soit jamais allé en stop jusque là-haut, et même les locaux dans la région de Cairns n’ont jamais voyagé sur ces pistes et sont incapables de me renseigner. L’avis général est plutôt pessimiste. Et moi je reste planté devant mes cartes routières, essayant d’imaginer à quoi ressemblera dans la réalité ce petit trait en pointillés de 1000 km qui sera ma seule et unique option vers la Papouasie.

Lire le reste »

Darwin et le Litchfield National Park

9

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 14-11-2013

Mots-clefs :, , , , , , , ,

P1160885Introduction : pourquoi Darwin ?

C’est après plus d’un mois et demi de recherche de travail que j’atterrirai à Darwin dans le nord de l’Australie. Plusieurs semaines passées dans les villes de Gold Coast et Brisbane n’ont abouties à rien en terme de boulot, si ce n’est quelques opportunités pour des « tout petits boulots » de seulement quelques heures par semaine comme du nettoyage à domicile, des cours de français ou encore de la garde de chiens. Mais payer un bus 15$ aller-retour pour aller travailler 2 heures à l’autre bout de la ville et gagner seulement 30$ n’est vraiment pas intéressant… Peut-être qu’en cumulant une dizaine de ces « tout petits boulots » et en étant extrêmement bien organisé il est possible de se créer un emploi du temps « complet » de 20 ou 30 heures par semaines, mais il faut être prêt à consacrer plusieurs heures chaque jour dans les transports en commun pour rejoindre les différents « lieux de travail », pour un salaire de misère une fois déduit les frais de transport. Ca ne ressemble pas à une solution à mes yeux.

J’ai aussi eu l’opportunité de travailler sur un marché à Brisbane, après un « entretient d’embauche » succin, mais là encore pour des missions de seulement quelques heures chaque week-end. Enfin, quelques vrais entretiens d’embauche pour du travail de manutention n’ont pas aboutis non plus malgré tous mes espoirs. L’un des managers que j’ai rencontré lors de ces entretients m’a confié qu’il avait reçu plusieurs centaines d’e-mails et de coups de téléphone dans les 24 heures après avoir posté l’annonce sur internet. Et la plupart de ces demandeurs d’emplois sont des Australiens. Difficile donc pour moi, étranger, de décrocher le job.

Après un bref passage à Sydney pour renouveler mon passeport français je m’envole donc pour Darwin, dans le Territoire du Nord, rejoindre mes amis Pierre et Hélène rencontrés à Cairns l’an passé, ainsi que mon ex-collègue de pédicabs Richie, rencontré à Gold Coast quelques semaines plus tôt. Richie, ancien conducteur de pédicabs, est maintenant le manager de l’office de Darwin, je n’aurai donc pas de mal à re-signer le contrat et reprendre du service pour les Pédicabs !

Lire le reste »

Des fêtes de fin d’année pas comme les autres… à Byron Bay !

8

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 03-08-2013

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

P1160565Introduction

.
Retour à Byron Bay, ville où j’avais été de passage voilà maintenant 6 mois. J’y étais arrivé un soir en stop et avais passé la nuit dehors, sous une pluie incessante, juste avant de rejoindre mon premier hôte HelpX/Wwoofing. J’en avais gardé un très mauvais souvenir à cause de la météo épouvantable qui m’avait même empêché d’aller mettre les pieds sur la plage.

Cette ville très populaire pour tous les surfeurs, devenue aussi très touristique, ne m’inspirait pas vraiment, mais une seule nuit passée à Byron Bay n’était pas suffisant pour me donner un réel aperçu de cet endroit pas comme les autres.

J’y reviens maintenant pour d’autres raisons : le travail. En effet nous sommes début décembre 2012 et Noël approche, la saison touristique est en train de commencer. Le gérant de la société de pédicabs à Byron Bay m’a confirmé que je pourrais commencer à travailler dès mon arrivée. Comme mes recherches de travail à cette période sont encore sans résultat, je n’hésite pas une seconde, j’irai passer 2 mois à Byron Bay, j’irai travailler sur les pédicabs et gagner des sous pour renflouer le compte en banque.

Byron Bay, ancien établissement hippie est devenu un lieu incontournable pour tous les surfeurs australiens. Cette petite ville de 5000 habitants attire toujours de nombreux hippies et surfeurs, mais aussi de plus en plus de backpackers et de voyageurs indépendants venus profiter de l’ambiance festive et décontractée, de la qualité de vie et des superbes plages de cet endroit remplie de bonnes énergies !

Lire le reste »

Le Centre Rouge de l’Australie : Uluru, Kata Tjuta et Kings Canyon

5

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 25-06-2013

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

P1160270cIntroduction

.
Après avoir quitté Cairns 5 jours plus tôt et roulé 2500 km vers le cœur de l’Australie, me voilà à Alice Springs, dans la région qu’on appelle le « Red Center », le Centre Rouge de l’Australie, à cause de la couleur rouge de cette terre brulée par le soleil.

Toujours accompagné de Corentin, Karl et Annika, mes compagnons de route, nous louons ensemble une voiture pour aller visiter les paysages uniques de cette région désertique. Nous verrons notamment le célèbre rocher d’Uluru, un monolithe gigantesque et sacré pour le peuple aborigène, les formations rocheuse de Kata Tjuta et de Kings Canyon.

Comme il n y pas grand chose d’original à dire, et que les photos parlent d’elles-même, je vous laisse découvrir notre petite aventure en images :

.

P1030947a
Nous louons cette fois une voiture pour aller visiter la région d’Uluru, un mini 4×4 est nécessaire pour pratiquer les pistes en terre qui séparent les différents lieux d’intérêt.

Lire le reste »

Relocation: un camping-car à 5$/jour! Cairns-Alice Springs, 2500 km de désert

1

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Bon plan, Océanie | Publié le 20-06-2013

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

P1160171bIntroduction :

.
Le 20 Novembre 2012, je quitte Cairns avec mon pote Corentin, ancien collègue de travail conducteur de pédicab, ainsi que Karl, japonais, et Annika, allemande, 2 autres voyageurs rencontrés sur le site web Gumtree après avoir laissé une annonce pour du covoiturage.

Ensemble, nous partons pour un road-trip de 2500 km qui nous emmènera à Alice Springs, en plein milieu du désert australien, d’où nous irons visiter le célèbre monolithe d’Uluru et les magnifiques paysages de cette région.

Mais dans un premier temps je vous propose un article-photos sur la première partie du road-trip, notre voyage en camping-car de Cairns jusqu’à Alice Springs.

.

C’est quoi la « relocation » de véhicule ?

.
Avec mes camarades de voyage, Corentin, Karl et Annika, nous louerons un camping-car pour faire ce trajet qui nous prendra 4 jours. Pour ne pas payer trop cher de location de véhicule et d’essence, nous décidons tous ensemble de louer un camping-car via ce qu’on appelle la « relocation ».

Comment ca marche : En Australie (ou ailleurs) les touristes louent des véhicules pour voyager d’une ville à une autre, mais ils ne reviennent pas forcément à leur ville de départ. Du coup les compagnies de location se retrouvent toujours confronté au même problème : elles accumulent des véhicules dans certaines villes alors que d’autres villes manquent de véhicules au même moment. En effet la circulation de ces véhicules n’est pas parfaitement équilibrés dans les 2 sens.

Le problème est encore plus marqué en Australie où les distances entre 2 villes sont souvent énormes (plusieurs milliers de kilomètres).
Pour palier à ce problème les agences de location ont mis en place un système intelligent, qui arrange le touriste autant que la compagnie elle-même : une location de véhicule à très bas prix pour aller d’une ville A à une ville B. La ville A étant en surabondance de véhicules, la ville B étant en déficit de véhicules. C’est ce qu’on appelle la relocation.
Lire le reste »

Cooktown, Cap Tribulation, et Rainbow Gathering: rencontre avec les hippies

11

Publié par Froggy | Classé dans Article-photos, Océanie | Publié le 15-06-2013

Mots-clefs :, , , , , , , ,

.
Au nord, tout au nord, au bout de la route, il y a Cooktown…

.

P1160059Après avoir passé une semaine en pleine nature à Cedar Bay (voir l’article précédent), nous nous devons avec Nina de refaire des provisions de nourriture pour une autre semaine de camping, que nous allons consacrer à visiter la région de Daintree et Cap Tribulation.

Première étape : Cooktown, une toute petite ville située à 50 km au nord de Cedar Bay, c’est aussi l’endroit le plus proche où nous pouvons faire des courses avant de reprendre le stop dans cette région reculée de l’Australie. Cooktown est la dernière ville accessible par route bitumée au nord du Queensland, c’est un peu le bout de la route, le fond du cul-de-sac, au-delà la forêt tropicale est encore plus dense, plus humide, plus isolée, et il n’y a plus aucune ville ni aucune vraie route sur les 900km qui la sépare de la pointe nord du Cap York.

Lire le reste »