Traduction d’un article de journal aborigène : « Les droits sur notre terre »

2

Publié par Froggy | Classé dans Océanie, Reflexion sur le voyage | Publié le 16-04-2013

Mots-clefs :, , , , , ,

P1150918_bis.
.
Introduction :

.

C’est à la bibliothèque de Cairns, où mes recherches de travail m’amènent à éplucher les journaux locaux, que je tomberai par hasard sur un journal aborigène, le « Koori Mail » et plus particulièrement sur cet article intitulé « Rights to our land » ( »Les droits sur notre terre ») qui traite très brièvement du combat des aborigènes en faveur d’une reconnaissance officielle de leurs « droits des terres » en tant que premiers peuples d’Australie, qui rappelons le, ont occupé tout le continent australien pendant environ 50000 ans, avant d’en être devenu des esclaves, des marginaux, des moins que rien, des sous-hommes, culturellement détruits par la colonisation européenne en 1788 (il y seulement 250 ans).

A ce jour, la principale revendication aborigène est la reconnaissance, dans la Constitution Australienne, de leur droit des terres ancestrale. Il semble que ce soit plus un symbole qu’une mesure concrète, mais beaucoup d’aborigènes réclament une réécriture de la Constitution car ils ont le sentiment d’avoir été complétement oubliés dans la construction politique de leur pays.

Article de journal (en anglais) :

.

P1150917
L’article de journal paru dans le « Koori Mail » du 22 Aout 2012. Sur la photo du journal : la « Tent Embassy » à Canberra.

.

P1150917_ZOOM

.

Traduction de l’article :

.

Les droits sur notre terre

.
> Pourquoi est-ce que, depuis 40 ans que nous avons monté la « Tent Ambassy » à Canberra, nous n’avons toujours pas obtenu les droits sur nos terres ?
(NDLR: La « Tent Ambassy » est une représentation aborigène -sorte d’ambassade non officielle- représentant le peuple aborigène dans sa lutte pour la reconnaissance des droits des terres ainsi que pour d’autres revendications politiques. Elle est dirigée depuis 1972 par un groupe d’activistes aborigènes et de sympathisants. Physiquement, il s’agit d’un simple container, peint aux couleurs du drapeau aborigène, qui a été installé sur la pelouse du Parlement Australien dans la capitale, Canberra)

Cette année (2012) marque le 20eme anniversaire du Jugement Mabo et la lutte pour le titre originaire. Mais il nous reste à prouver que nous avons toujours des liens originaires avec notre pays.
(NDLR: Le Jugement Mabo reconnait « officiellement » l’existence d’un peuple qui résidait en Australie avant la colonisation européenne, il date de 1992)

Et saviez-vous que le gouvernement réserve des terres pour l’élevage de bovins et de moutons, appelées « réserves d’actions itinérantes » ? Quelle insulte pour notre peuple ! Quel est le rapport entre les vaches et les moutons et notre pays, hein ? Ne pensez-vous pas qu’il est temps maintenant de demander au Gouvernement ou au Commonwealth de nous montrer la preuve qu’ils sont légalement les propriétaires de notre pays ?  Où sont les documents signés par nos ancêtres qui prouvent que nous leurs avons abandonné nos terres ? Tous les pays du Commonwealth peuvent vous montrer ces fameux documents, ces traités, car ils existent, excepté pour notre pays, l’Australie.

Est-ce pour cette raison qu’ils osent dire que ce pays n’a pas été formé suite à une guerre ? Et donc qu’ils n’ont pas eu besoin de signer de traités avec nous ? Mais il y a eu d’innombrables conflits armés et de génocides aux quatre coins de ce pays pour défendre nos terres ! Maintenant, si le gouvernement n’est pas capable de fournir ces documents, ils feraient mieux de penser à écrire une nouvelle Constitution, en incluant notre peuple dans la réécriture et dans la signature de ce nouveau document.

Alors maintenant réveille toi Australie ! Et cesse d’être ignorante parce que, si nous ne pouvons pas récupérer les droits des terres alors donne-nous au moins des droits sur notre pays.

(Article écrit par Warren FOSTER pour le journal aborigène « Koori Mail », Australie, aout 2012)

.

Contexte :

.

Depuis le début de la colonisation jusqu’à très récemment, les relations entre colons et aborigènes ont été très tendues et le choc culturel a été terrible pour les aborigènes. Nouvelles maladies, combats, massacres, vols des terres, déplacements de population, parcage dans des réserves, génération volée (Stolen Generation), politique de l’Australie Blanche (White Australia), et plus récemment : addiction à l’alcool généralisée, drogues, criminalité, et la perte de tous repères culturels dans une nouvelle société occidentale qui s’est imposée à eux.

Aucun traité officiel concernant la propriété des terres n’a jamais été négocié entre les colons anglais et les peuples aborigènes, contrairement à la colonisation en Amérique du Nord et en Nouvelle-Zélande par exemple, où des centaines de traités ont été signés entre les parties et où la distribution des terres s’est faite de façon plus « juste ».

Pour comprendre un peu mieux l’article, voici un petit récapitulatif du contexte historique et des revendications aborigènes :

- Vers 1770, les Européens « découvrent » l’Australie et décident de coloniser cette nouvelle terre qu’ils considèrent « terra nullius » (terres n’appartenant à personne). Des peuples aborigènes sont bien présents lors de l’arrivée des Anglais mais ils sont considérés comme trop « primitifs » pour être les propriétaires du pays, de plus ils n’ont pas de hiérarchie politique officielle avec qui engager des discussions et des négociations. Les colons anglais prennent donc possessions des terres.

- Depuis 1967, donc depuis seulement une quarantaine d’années, les aborigènes sont mentionnés dans la Constitution et donc recensés officiellement, ils sont aussi un peu mieux acceptés. Avant cette date ils n’étaient pas du tout inclus dans la Constitution australienne et n’étaient donc pas considérés comme des « citoyens australiens ». Ils n’avaient par exemple pas le droit de vote, n’étaient pas autorisés dans les piscines publiques, et ils n’étaient souvent pas traités comme des êtres humains par la police ou par les Australiens blancs.

- En 1972, les aborigènes établissent la « Tent Ambassy » sur les pelouses du Parlement australien à Canberra, afin d’exprimer leurs frustrations concernant les droits des terres et autres problèmes de discrimination raciale. Ils revendiquent notamment la réécriture de la Constitution Australienne en y intégrant la reconnaissance des droits des terres en tant que premier peuple à avoir habité le pays.

- En 1992 le jugement Mabo revient sur la version officielle de la colonisation (terra nullius) et reconnais finalement que la terre n’était pas inoccupée, elle était bien habitée par des peuples au moment de la colonisation anglaise. C’est une grande étape dans le combat des aborigènes pour leur reconnaissance mais le jugement ne remet pas en question la souveraineté britannique sur l’Australie (l’appartenance des terres) en viveur depuis 1788.

- A ce jour les Aborigènes ne sont toujours pas reconnus officiellement dans la Constitution Australienne en tant que « peuple ancestral », mais depuis 2010 le gouvernement s’est donné comme objectif de résoudre le problème et a commencé à réfléchir à un nouveau référendum pour changer la Constitution en faveur des aborigènes. Le projet a été étudié par un panel d’expert au long de ces 3 dernières années pour être finalement validé par le Parlement en Mars 2013 (très récemment donc). La dernière étape de ce processus est la validation du projet par le peuple australien, via un referendum, dont la date n’a pas encore été établie mais qui aura lieu dans les 2 prochaines années. Voir l’article (en anglais) : http://www.theaustralian.com.au/national-affairs/parliament-votes-for-indigenous-recognition/story-fn59niix-1226576808639

.
Un peu d’espoir donc, même si tout cela est surtout symbolique et ne changera ni le passé tragique des aborigènes, ni le racisme toujours très présent chez beaucoup d’Australiens et l’exclusion qui en découle, ni l’addiction des aborigènes à l’alcool (énorme problème en Australie)… Quant à leurs terres ancestrales, l’ensemble du contient australien, elles appartiennent maintenant bel et bien au Gouvernement australien, au Commonwealth, et là aucune chance qu’elles ne retournent un jour entre les mains des premiers hommes à les avoir peuplé, il y a… 50000 ans.

.


AboriginalTentEmbassy_40thAnniv_PosterSize_small

.

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Constitution_de_l%27Australie
http://en.wikipedia.org/wiki/Constitution_of_Australia
http://en.wikipedia.org/wiki/Australian_referendum,_1967_%28Aboriginals%29
http://en.wikipedia.org/wiki/Aboriginal_Tent_Embassy
http://www.recognise.org.au/why/why-recogntion
http://www.austlii.edu.au/au/orgs/car/docrec/policy/brief/terran.htm
http://www.smh.com.au/opinion/society-and-culture/indigenous-inclusion-is-good-for-our-constitution-20100708-10275.html
http://www.theaustralian.com.au/national-affairs/parliament-votes-for-indigenous-recognition/story-fn59niix-1226576808639)

Vous pouvez aussi relire l’article d’Adrien : Ce que je pense du sort des Aborigenes en Australie

http://tourdumonde2010.free.fr/wordpresstdm/?p=6099

Commentaire(s) (2)

Un article enrichissant, bien qu’un peu frustrant, dans le sens où l’on sait que justice ne pourra pas être faite pour ce peuple qui s’est tout fait voler, y compris sa dignité…

Les erreurs de passé ne peuvent malheureusement pas être changées, en espérant que malgré tout, une reconnaissance et surtout, que plus de respect et d’aide leur soient accordés par le futur.
Ce ne sera peut-être pas beaucoup en comparaison du préjudice subit, mais c’est déjà mieux que rien.

De plus, cela montrera que nous, les barbares occidentaux, nous nous sommes peut-être un peu humanisés avec le temps… (Je sais, je généralise, c’est pas bien ^^)

Cependant, même si les peuples occidentaux ont évolué, je reste persuadé que nos dirigeants ne sont quant à eux guère plus sages que par le passé et bien peu préoccupés par les besoins du peuple, surtout quand il s’agit d’un peuple ancestral.
Et comme le pouvoir est entre leurs mains, des situations comme celles-ci ou similaire resteront des injustices comme tu l’as signalé.
Malheureusement !

Tchoo !

Tous ces gens qui peuplaient les Etats-unis, avant l’arrivée des européens, ont subis un peu le même sort que les aborigènes.
L’Afrique du Sud aussi. L’Inde à ressenti le « vent du boulet » mais s’en est sortie. Mais aussi tant d’autres pays…
Il ne faut pas trop y penser, car nous devrions avoir honte de tous « ces blancs » – nos ancêtres- européens colonisateurs, de ce qu’ils ont fait subir à ces hommes, femmes et enfants.

Ecrire un commentaire