Ce que je pense du sort des Aborigenes en Australie

15

Publié par Froggy | Classé dans Océanie, Reflexion sur le voyage | Publié le 21-05-2012

Mots-clefs :, , , , , ,

aborigene a UluruEn Nouvelle Zélande, j’ai adoré les Maoris et en Australie, les Maoris m’ont de nouveau offert ce qu’ils avaient de meilleur. Cependant, je ne peux pas avoir un discours aussi positif avec les Aborigènes.

Les Aborigènes et l’alcool

Comme le disait Julien dans son premier article, la plupart des aborigènes sont alcooliques ou des drogués et a part les joueurs de Didjeridoo ou certains Aborigenes déracinés de leur culture et adopter par une bonne famille australienne, très peu d’entre eux donnent une bonne image de leur culture. Les Maoris étaient des guerriers et ont réussis a préserver leur culture. Les Aborigènes chassaient mais évitaient avant tout d’effrayer l’animal afin que le reste du troupeau continue a vivre paisiblement aux alentours. Par conséquent il fut facile pour les colons de détruire leur culture. Les Aborigènes oublient alors leur sort en noyant leur chagrin dans l’alcool.

En voyageant a travers l’Australie, j’ai rencontré de nombreux aborigènes et partout, que ce soit dans les grandes villes ou les petites, le constat est le même.

En discutant avec mes conducteurs, la plupart m’ont dit ne pas les aimer. Il touche parfois plus de 1000$ d’aide par le gouvernement. Ceux vivant à l’époque dans la région d’Uluru, ou sur des mines touchent des Royalties pour être dédommagé par le gouvernement de leur avoir pris leur terrain afin de le transformer en business.

Bref ils utilisent l’argent des travailleurs pour acheter des bières ou de la drogue. Pas étonnant que les Australiens ne les aiment pas.

En faisant du stop dans une station service, un aborigène m’a demandé de lui acheter des bières à sa place. Etant donné qu’il est sans doute “fiché”, il ne peut pas acheter lui-même l’alcool. Dans un premier temps, j’ai pensé refuser lui acheter les bières mais je sais que tôt ou tard il trouvera quelqu’un pour l’aider. Dans la station essence, je fais un peu comme lui. J’accoste les gens jusqu’a quand je trouve quelqu’un pour m’aider. Avec mon passeport, je lui achèterai donc les bières avant de les lui donner discrètement derrière un camion. Si je l’ai fait c’est avant tout parce que je pensais que ce serait l’occasion de discuter avec un aborigène avant qu’il ne soit ivre. Malheureusement, il s’est enfui dans les buissons avec les bières. J’aurais pu le suivre mais je ne pouvais laisser mon sac à dos et l’accordéon sans surveillance dans la station service.

Aborigene ivre dans une station service (photo google)

Je n’ai donc pas voulu me contenter de l’image négative laissée par les aborigènes. J’ai donc demandé a tout mes conducteurs “Pourquoi les Aborigènes ne travaillent pas et passent leur temps à boire ?”.

Beaucoup m’ont donné de magnifiques réponses racistes :
-   “Ils sont noirs, un point c’est tout”
-   “Ils sont consanguins”
-   “Pourquoi ils changeraient, ce sont des incapables et des fainéants. Avec notre argent et en faisant des dizaines de gamins pour recevoir plus d’aide, ils n’ont pas besoin de travailler”

Un peu d’histoire…

Cependant dans mes 100 conducteurs, j’ai rencontré quelqu’un travaillant dans une réserve pour Aborigènes, un sociologue, et quelqu’un ayant vécu en Afrique.
Tous m’ont donné des réponses similaires :

Ils m’ont parlé de la génération volé. Qu’est ce que c’est ? (source Wikipedia)

L’expression « Générations volées » utilisée parfois au singulier désigne les enfants d’Aborigènes australiens enlevés de force à leurs parents par le gouvernement austarlien depuis 1869 jusqu’en 1969 environ.

« Toutes les caractéristiques indigènes de l’Aborigène australien sont généralement éradiquées à la cinquième génération, et le sont invariablement à la sixième. Le problème de nos métis sera rapidement éliminé par la disparition complète de la race noire, et par la submersion rapide de sa progéniture au sein de la blanche. » Cecil Cook, gouvernement Australien en 1930

« Eliminons les Aborigènes pur-sang et permettons la mixture des métis parmi les Blancs, et peu à peu la race deviendra blanche » A.O Neville, gouvernement Australien en 1930

Ils m’ont également expliqué qu’il est difficile pour les Aborigènes de s’adapter a un mode de vie si différent du leur. A 5 ans, un enfant aborigène est déjà autonome. Il sait chasser le lézard pour se nourrir ou reconnaître les plantes mangeable. Savoir lire, écrire n’est pas dans leur culture car ils communiquent essentiellement par la parole et les savoir-faire sont transmis de génération en génération. Cependant, ils savent transmettre leur savoir avec des schémas le monde pour faciliter les explications.

De notre point de vue occidental, on peut les critiquer de ne pas savoir ni lire ni compter, mais de leur point de vue, ils peuvent nous critique de ne pas savoir reconnaître les plantes dans la nature, de trouver une source d’eau, de chasser le kangourou avec un boomerang, ou de connaitre la météo avec le ciel. D’un point de vue scientifique, notre société est très douée. Les Aborigènes quant à eux  avaient cependant des liens très étroits avec le monde spirituel. Leur connaissance non-rationnelle ont tout simplement été ignorés et aujourd’hui il est trop tard. Nous les avons détruits, nous avons détruits leurs connaissances et leur savoir-faire en les obligeant a vivre d’une façon civilisés et non comme des sauvages.

Cependant nous avons préservé l’art et la musique. C’est bon pour l’économie touristique.

art aborigene

Aborigene avec son didjeridou (photo google)

Les Aborigenes d’Uluru

Une tribu Aborigène vivait à l’époque autour de Uluru, le célèbre rocher en plein milieu du désert australien.

Uluru le matin

Les 1ers explorateurs (1) a s’aventurer dans le désert à la fin du XIXe siècle ont été émerveillés de voir un magnifique rocher au milieu de nul-part.

(1)En réalité ce ne sont pas les premiers explorateurs car les Aborigènes étaient là avant mais ceux qui ecrivant les panneaux d’informations ne doivent pas considérer les Aborigènes comme des Etres humains.

Les explorateurs émerveillés par la beauté du site, en ont parlé à leurs compères anglophones et petit a petit, ils ont décidés d’en faire un lieu touristique. Ils ont donc dégagé la tribu, construit en 1948 une route et désormais il y a un aéroport à une vingtaine de kilomètres et un resort avec plusieurs hôtels.

Pour faire oublier que c’est un lieu de culte aborigène, ils ont renommé le rocher avec un magnifique nom anglais: Ayers Rock.

Comme rien n’arrête quelqu’un qui a le pouvoir et veut offrir toujours plus aux touristes, en 1964 une chaine a ete ajoutée pour faciliter l’ascension. En 1976, elle a ensuite été rallongée.

Chaine pour grimper au sommet d'Uluru

Chaine pour grimper au sommet d'Uluru

L’insulte est immense envers le peuple aborigène.

Escalader Uluru, un lieu sacré était destiné seulement au chef de tribu et uniquement lors de rite spirituel particulier. Désormais leur rocher sera piétiné par le monde entier. Arrivé au sommet certains laisseront leur bouteille d’eau ou urineront la conscience tranquille.

Suite a des mouvements de protestation envers cette insulte, le gouvernement conscient de ce qu’il faisait en construisant la rampe d’accès, acceptera en 2009 de planter un panneau pour expliquer que le rocher est un site sacré pour les aborigènes et afin de respecter leur culture, il conseillera de ne  pas grimper.

interdiction de grimper a Uluru

Les Européens ont plutôt du respect envers les Aborigènes et ne grimpent pas.
Cependant les Australiens considèrent les Aborigènes comme des alcooliques et des boulets de la société, ils n’ont donc aucun remord pour grimper.
Quant aux Américains (USA), leur culture de la gloire a plus d’importance qu’un peuple disparu. Aller a Uluru sans aller au sommet est absurde ou alors une preuve qu’ils ont peur de se blesser.
Quant aux Asiatiques, la plupart ne sont pas sportifs et sont déjà content d’avoir pris LA photo. Cependant ils laissent leur enfant grimper un petit peu. Apres tout, quelle est la différence entre Uluru et Disneyland.

Uluru = Disneyland en Australie

Uluru = Disneyland en Australie

Certes je généralise, tout les Français n’ont pas autant de respect pour le peuple aborigène, et tout les Américains ne sont pas des grands égoïstes, fiers de leur pays. Mais après 10 minutes d’observation, je peux ainsi caricaturer les visiteurs d’Uluru.

Si sur le panneau, il était écrit seulement “ Attention danger, risque d’accident”, j’aurais été le premier à être fier d’escalader ce magnifique rocher mais en connaissant la vraie raison, il est absolument impossible. En discutant avec des Australiens, certains m’ont demandé pourquoi est-ce que je n’ai pas grimper. Je leur ai donné la raison. On m’a répondu alors avec ma citation favorite “Quand on veut, on peut” ou “pourquoi respectes tu les Aborigènes, ils ont aucun respect pour nous…”

Uluru, une histoire universelle et intemporelle

Si les Aborigènes ont choisi de s’installer a Uluru, ce n’est absolument pas pour la beauté des lieux (ou pas seulement) mais avant tout parce que c’est un excellent endroit pour vivre même au milieu du désert.

En effet, le rocher est un magnifique récupérateur d’eau de pluie. Une qualité exceptionnelle dans le désert.

Par conséquent, la végétation est plutôt florissante autour du rocher. En marchant autour, je me suis gavé de petites prunes des buissons. N’ayant pas la connaissance des Aborigènes, c’est la seule plante comestible que j’ai mangé.

Prune des buissons

Prune des buissons

S’il y a de l’eau et de la végétation autour, cela signifie que les kangourous, les émeus, les oiseux viennent s’abreuver et manger. C’est donc un endroit propice a la chasse. Autour d’Olga, des rochers à 40 km d’Uluru, j’ai même eu la chance de voir un troupeau de chameaux à l’état sauvage.

De plus, il y a de nombreuses grottes tout autour du rocher, Uluru est donc un endroit de rêve pour installer sa famille et la nourrir quand on a les connaissances de la nature.

abris autour d'Uluru

Quand mon conducteur (Français, Allemand ou Australien) jette un coup d’œil dans son rétroviseur pour savoir s’il peut jeter ses déchets par la fenêtre au milieu du désert, je me dis que les Aborigènes ou les Papous et autres peuples qu’on ose appeler primitifs devraient avoir un rôle important dans nos écoles.

Certes je vous raconte seulement l’histoire de la tribu autour d’Uluru mais un Australien m’a raconté qu’actuellement une tribu aborigène est chassée de ses terres car elle vit au dessus de magnifique réserve minérale sous-terraine.

La même chose se passe aussi actuellement en Amazonie.

Le Chef Raoni pleure apres l'annonce du president Lula

Le Chef Raoni pleure apres l'annonce du president Lula

Lire l’articlecomplet ici : http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-pleurs-du-chef-indien-raoni-75537449-comments.html#anchorComment

Le président brésilien Lula a décide de construire un barrage pour aider l’économie à se développer. La tribue du chef Raoni doit quitter son village pour s’installer dans une zone inconnue et peut-être en ville… L’énergie hydraulique est à première vue bon pour l’environnement et bien meilleur que des centrales à charbons ou des centrales nucléaires.

Quand  Hitler a tué des milliers de juifs, les grands chefs d’Etat ont a dit « Plus jamais ca »,  quelques années plus tard Pol Pot a exécuté ¼ de son pays au Cambodge, plus tard les Américains déverseront leur agent orange sur les Vietnamiens. « Oublié son histoire c’est être condamne à le revivre ». Les chefs d’Etat connaissent très bien l’histoire mais ils s’en servent pour être de plus en plus cruels et savent controller la population en lui faisant peur avec une crise économique ou en utilisant certains messages des extrémistes pour créer un monde de plus en plus peureux et inhumain.

Beaucoup d’Australien se plaignent d’être envahis par les Asiatiques.
Les Français se plaignent d’être envahis par les Africains.

Lors de nos premiers jours d’autostop en France, une conductrice nous avait dit :

 » Chaque acte est écrit sur une ardoise et un jour ou l’autre, nous devons payer l’addition ”

Les Australiens ont détruit les Aborigènes, aujourd’hui les Chinois viennent à leur tour conquérir l’Australie.
Les Français ont envahis l’Afrique. Pas étonnant maintenant que les Africains préfèrent venir en France plutôt qu’en Italie.

Pour autant, c’est une réalité que je n’ai pas envie d’accepter. Pas que je sois raciste mais je suis fier de nos valeurs françaises, de notre culture, de nos traditions et il est important de préserver tout ceci. Les différences culturelles dans le monde sont une des richesses de l’humanité. Si un jour, le monde devait être contrôlé par une seule culture quelle soit américaine, chinoise ou musulmane, l’humanité perdrait de sa richesse.

Une nouvelle fois, tout est histoire d’équilibre entre un monde sans frontière et un monde avec des frontières fermées comme en Corée du Nord

Vous pouvez egalement lire l’article de Julien : Traduction d’un article de journal aborigene « Les droits sur notre terre »

http://tourdumonde2010.free.fr/wordpresstdm/?p=7091

——————————————————————————

Avant d’arriver en Australie, j’avais beaucoup d’aprioris négatifs sur l’Australie et la culture anglo-saxonne. Cependant le voyage permet de connaitre la réalité et ne pas fonder ses idées sur des “on-dit”.

En faisant du stop, j’ai rencontré les Australiens les plus sympathiques.
En jouant de l’accordéon, les Australiens les plus sympathiques ont discutés avec moi.
Quand j’avais besoin d’un toit, les Australiens les plus sympathiques me l’ont offert.
En Vagabondant, j’ai rencontré de nombreux Australiens ayant un vrai respect pour l’environnement.
J’ai rencontré des Australiens qui se révoltent contre le système axés seulement sur l’économie : comment expliquerez vous a vos petits enfants que ceci ou cela etaient bon pour l’économie quand ils n’y aura plus de terres potables pour cultiver, ni d’eau buvable ou d’air respirable ?
Il y a plein d’Australiens extrêmement respectables avec qui j’ai adoré refaire le monde, ou des Australiens ayant le sens de l’hospitalité. Cependant malgré les nombreuses belles rencontres, mon point de vue sur l’Australie s’est détérioré.

Aller en Australie pour gagner de l’argent est la seule raison vraiment valable à mes yeux. Il y a plein d’autre pays qui mérite d’être visité avant l’Australie.

En ecrivant cet article, un Australien m’a demandé:
“Pourquoi l’Australie est t’il le pays le plus chanceux du monde ?”
Il m’a répondu

“ En Australie, nous avons les gens les plus intelligents dans le monde des finances et nous continuerons d’être les plus riches même sans nos ressources minières”

En Papouasie Nouvelle Guinée, beaucoup nous avaient dit :

“ En Papouasie, nous sommes les plus chanceux du monde car nous vivons dans un paradis. Il y a du soleil tout les jours, la nuit on a de la pluie. Sans travailler beaucoup, on mange les meilleurs légumes et fruits du monde sans utiliser de produits chimiques”

Avant1975, la Papouasie Nouvelle Guinée et l’Australie étaient un seul et même pays.
Les Papous ont eu de la chance de ne pas subir le même sort que les Aborigenes.

Apres 5 mois en Australie, je revis en Argentine. Je redécouvre la joie de voyager dans un pays ayant une culture et une mentalité beaucoup plus respectueuse de l’art ou de la spiritualité. Mon espagnol est beaucoup moins bon que mon anglais et pourtant je réussis à avoir des discussions plus interessantes : Viva Argentina.

Commentaire(s) (15)

Et bien ………super article et en plus extrêmement bien construit, impressionnant à lire !
J’ai encore appris plein de choses.
Bravo et surtout merci !!!

« les aborigènes sont tous des alcooliques ou des drogués »… Je comprends que tu aimes caricaturé comme tu le dis plus bas avec les étrangers qui montent le Uluru… mais fait tout de même attention à ce que tu écris. Il faut faire attention aux jugements qu’on apporte sur un groupe de personne… Chacun est différent et ce que tu dis est faux : tous les aborigènes ne sont pas des alcoliques et drogués, même si la plus part le sont peut-être.
Mais sinon tes articles sont toujours passionnants, enjoy l’Amérique du Sud

Mea Culpa et merci pour cette remarque.

Je vais modifié l’article.
Le but de cet article etait de defendre les aborigenes tout en essayant d’expliquer les faits de facon la plus objective.
Sur cette description, j’ai ete tres mauvais

Tes commentaires me confortent dans la vision que j’avais de L’Australie et des peuples qui y vivent depuis la nuit de temps. Tués, chassés, spoliés depuis l’arrivée de « l’homme blanc »; et dans ce cas là,comment ne pas plonger dans l’alcoolisme ?
Ce fut, hélas, la même chose pour les Indiens d’Amérique !
Je pense aussi à cette fameuse « ardoise » qu’il faudra bien payer un jour. Le retour du bâton en quelque sorte.

Hola!

La diversidad es una fuerza!

On devrait faire en sorte que tout soit résilient, l’économie, l’agriculture, la culture… et cela passe par la diversité.

Que te gusta Argentina et que la salud te sigue en el viaje!

Hasta la próxima amigo,

Hello Adrien!

Superbe article, plus de justesse que dans certains autres que tu as pu écrire. Tu y mets toute la passion qui ressort des constats alarmants que l’on peut tous faire mais tu vois et que tu vie au jour le jour en voyage!

J’continue de te suivre tant bien que mal, en me dirigeant vers l’Asie centrale :)

Ben oui on fait tous plus ou moins le meme constat sur les Aborigenes apres un voyage en Australie, malheureusement…

Attention je n’ai jamais dis dans mon article que « tous les Aborigenes etaient des drogues ou des alcooliques » mais la plupart de ce que j’avais rencontre a Sydney a l’epoque.

A ce momemt j’avais aussi rencontre un Aborigene, Darren, 40 ans, enfant de la generation volee, qui a su s’en sortir assez bien et qui travaille a Sydney (petits boulots) et qui m’avait d’ailleurs donne des conseils pour trouver des jobs temporaires et son numero de portable si j’avais besoin d’aide. Il n’etait ni alccolique ni drogue, mais plus ou moins SDF* et activiste pour la cause aborigene. (*le terme SDF ne signifie rien du tout pour un aborigene, car ils n’ont pas la notion de proprietee privee comme nous les europeens).
C’est quelqu’un de tres intelligent qui a reussi a s’adapter a moitie a cette putain de societe blanche qui a detruit sa famille et tout son peuple. Il avait dans le regard quelque chose de tres triste, un genre de « haine sous controle ».

Dans l’outback j’ai croise quelques aborigenes « sains » mais c’est vrai que la grande majorite (pour ne pas dire 95%) sont sous alcool 24h/24. A Adelaide je les ai vu se reunir entre amis dans un parc a 8h du matin avec des bouteilles d’alcool fort, hommes et femmes.
TRISTE…

Tu dis : « Aller en Australie pour gagner de l’argent est la seule raison vraiment valable à mes yeux. » Est-ce que nous vallons mieux, toi et moi qui sommes en Australie pour gagner de l’argent, que nos ancetres explorateurs qui ont envahi l’Australie ?
Sans nous en rendre compte nous agissons comme eux, nous mettons le pied sur une terre etrangere, nous gagnons nos sous en faisant tourner l’economie australienne et nous repartons les poches bien remplies…

Concernant les Aborigenes, je vais changer le Tout car tu ne l’as ni ecris et ce n’est pas tout a fait vrai.
J’ai en effet rencontrer un aborigene joueur de football Australien.
Cependant, les Aborigenes qui s’en sortent ont du abandonne leur culture, leur tradition… Soit ils rentrent dans le moule du systeme occidentale soit ils refusent et se droguent ou prennent de l’alcool. C’est leur maniere de protester.
Les plus chanceux vivent dans des reserves.

Pour ma part je ne suis pas sur d’avoir fait beaucoup tourne l’economie australienne. J’ai plutot recuperer de l’argent en Australie pour aller faire tourner l’economie en Bolivie ou en Afrique.
Je participe un peu a l’equilibre des richesses dans le monde.

Cependant quand j’etais a Uluru, au lieu d’etre content comme j’aurai du l’etre j’ai ete decu de faire parti aussi du lot des bobos. Le tourisme d’Uluru a en partie detruit une tribu aborigene et j’en fait parti.
Je me demande donc si je vais aller au Machu Picchu surtout que ce sont des compagnies europeennes qui profitent du business et non le Perou. Il y a sans doute plein d’autre ruine aussi interessante ou je recevrai un meilleur accueil des Peruviens et en apprendra davantage sur la civilisation Incas, une civilisation detruite cette fois ci par d’autres europeens.

J’ai bien aimé la plupart de ton article et je suis dans l’ensemble d’accord avec tout ce que tu as écrit sauf pour le début de ton article qui est un peu maladroit et je trouve faux !!!

Je ne pense pas qu’ils sont tous alcooliques et drogués, tu généralise un peu quand même mais c’est vrai qu’il y en a pas mal et c’est vraiment triste à voir de quelle manière ils sont marginalisés et en dehors de la societé en Australie; et je pense que tout ça est en grande partie à cause du peuple blanc Australien. Ils les ont chassés, bafoués et leur ont manqués de respect. Et ils se permettent en plus d’être raciste envers eux, c’est un comble !!!

Les aborigènes n’ont rien demandés à personne et en un peu plus de 200 ans ils sont passés du rêve au cauchemar en quelque sorte.
C’est vraiment triste quand même de les voir soit en train de jouer du didgeridoo avec leurs peintures sur le corps comme une attraction pour touristes ou soit de les voir dans la rue bourré dans une grande misère.
Pour ma part, la plupart des australiens que j’ai rencontré n’aimaient pas du tout les aborigènes et étaient racistes envers eux et envers plein d’autres nationalités, notamment les asiatiques pour ne pas les citer.

« L’Australie est un magnifique pays mais les Australiens le sont moins  » lol je généralise un peu mais bon….

Salut Adrien,

Premier article lu et déjà conquise ! (j’ai pensé qu’il fallait t’en faire part). Tu arrives bien à nous faire ressentir ce que tu a vu et c’est très interessant d’avoir un avis comme celui-ci.

Profite bien de ton périple !!!

Bonne analyse sur le sujet.
Ayant été présent en Australie en N-Zélande et au Canada les minorités souffrent et pour les détruire à petit feu l’argent, l’alcool, voire la drogue.
La solution à ce problème ????

Bonne vision des choses à mon avis;
Ayant longtemps vécu « dans la nature », et très peu en milieu urbain, j’ai toujours préféré les peuples « naturels » qui ont vécu des millenaires dans et de la nature, mais en la respectant;
Autant dire que pour moi, les « usa » auraient du être appellé « Etats d’unis des Indiens d’Amérique » ;) , et les vrais Australiens sont pour moi les Aborigènes, c’est à dire les autochtones qui y ont vécu depuis pendant 40 000 ans ou plus, avec une spiritualité et un mode de vie modeste mais honnête et souvent bien plus respectueux de la Terre, que ce qu’en ont fait les « occidentaux venus d’europe », dans pas mal de coins du monde (Polynesiens, et autres, souvent la même histoire…);
Je prévois d’aller aux amériques bientot, et comme en australie, ce qui « m’interesse » là-bas, ce n’est pas autant les grandes métropoles surpeuplées et bétonnées comme new-york, chicago etc, mais plutot les espaces encore sauvages et tranquilles, avec quelques détours dans les réserves amérindiennes, idem en australie

Le pire c’est qu’ils (les colons européens ) y sont venu sans demander la permission, en donneurs de leçons, brandissant leur religion chrétienne qu’ils respectaient bien peu eux-même, pour être digne de vouloir l’imposer à ces hommes d’ailleurs qui avaient leur propre spiritualité et avec laquelle ils étaient parfois bien plus en accord !
Comme dit la citation du texte, on finit toujours par payer l’addition de nos actes

Quand on va en Australie, on est facilement choqué par la décrépitude apparente des aborignèes.
Quand les continents se sont détachés, ils ont été isolés pendant 40.000 ans et qu’ont-ils crée comme civilisation? Rien.
LEVI STRAUSS, considérait que pour qu’il y ait civilisation, les hommes doivent se donner un minimum de règles, la première étant l’interdit de l’inceste.
Les aborigènes ont adopté cette règle très vite et puis ils se sont arrêté là.
C’est parce que c’est un des rares peuples qui a choisi l’être plutôt que l’avoir. Ils n’en ont rien à faire d’avoir de plus en plus d’objets à consommer, eux ils préfèrent rêver leur vie, que la vivre et si mâcher une feuille d’eucalyptus peut les aider, c’est très bien.
L’usage de la drogue est certes regrettable quand elle est prise pour échaper à ses problèmes mais c’est autre chose, quand elle acompagne un exercice créatif, un mode de vie choisi.

Or ce qu’ont donné les aborigènes au monde, c’est leur peinture, onirique, psychadélique, parfois naÎve.
Depuis que dans les années 70, on leur a donné des toiles et de la peinture, l’évolution est frappante. Il faut déambuler dans toutes les galeries d’art l’Alice Spring pour le comprendre.

La peinture abstraite est la représentation des correspondances qu’il y a entre l’infiniment petit et l’infiniment grand.
Les aborigènes, centrés sur leur vie intérieure y réussissent parfaitement.
Des grands peintres occidentaux s’y sont essayé mais jamais avec le même bonheur.
Miro, à la fin de sa vie, a fait 2 series de 3 grands tableaux abstraits, sur fond bleu puis blanc. En gros, un trait et des points sur une surface plane. C’est ineressant mais rien à voir avec la peinture aborigène.
Pourtant il l’a dit, ces toiles ont été les plus douloureuses à peindre pour lui, 5 ans d’introspection et le résultat est médiocre.
C’est parce que génétiquement rien ne pourra remplacer, 40.000 ans d’introspection avec ou sans aide de drogue.
Si demain les aborigènes d’Australie disparaissaient, on ne s’en apercevrait pas, parce qu’ils n’ont pas de poids économiques. Cela permettrait seulement à certains (genre les japonais) d’envahir plus librement le centre de l’Australie et d’y mettre des mines et des usines tous les kilomètres.
Mais la perte intellectuelle serait incommensurable, car c’est prabablement, le peuple le plus évolué de la terre sur le plan spirituel.
Les aborigènes, ne doivent pas être protégés, ce serait péjoratif mais leur choix de vie doit être accepté, qu’ils vivent librement dans le bush et tant pis s’ils meurent à 40 ans, si leurs femmes sont ménauposées à 25 ans et ont leurs règles 3 fois par an. La production, la reproduction et la longévité, n’ont jamais été des buts pour eux.
Ce qu’ils veulent c’est vivre en osmose avec la nature et rejoindre le monde des rêves rapidement.
C’est tout à fait respectable.
Pourvu qu’ils continuent à nous faire partager leur merveilleuse peinture auquel nous n’aurons jamais accès directement.

Bonjour,
Je suis auteur auto-éditée d’un livre pour enfants sur les aborigènes qui l’intitule LE CHANT DE LA MANGROVE. Je cherche des coups de pouce promotionnels. Si cela vous tente de me découvrir, je vous attends sur ma page facebook Christine Mourguet auteur. A bientôt j’espère.

https://www.amazon.fr/Chant-mangrove-Christine-Mourguet/dp/1980610525/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1528510939&sr=8-1&keywords=Le+chant+de+la+mangrove

COMME JUIF JE SUIS UN ABORIGENE DE L EUROPE
OU DU PROCHE ORIENT OU DES PLEINES DE LA MER CASPIENNE
MAIS A LA DIFFERENCE DES AUTRES ABORIGENS J AI ASSIMILE LA CULTURE DES AUTRES
ET J AI APPRIS LEURS LANGUES SOUVENT PRIMITIVES COMME LES LANGUES GERMANIQUES ANGLAISE ET DES AUTRES
J AI APPRIS LEUR ECONOMIE ET EN PARTI LEUR RELIGION
ILS ONT VOULU M ELIMINER MAIS ILS SONT MES ABORIGENS ATTARDES A CE MOMENT
ET ILS ME DETESTENT COMME ILS DETTESTENT DES AUTRES ABORIGENS MAIS PAS POUR MA PAUVRETE MAIS AU CONTRAIRE A CAUSE DE LEUR PROPRE MISERE SOUMISE
ILS ME DETTESTENT PAR LEUR JALOUSIE SOTTE….

Ecrire un commentaire